Contact
Pour vos questions, vos réservations...
Pour nous écrire, utilisez le formulaire de courrier
Vous pouvez également faire un tour ici

Pour venir...
Cela se passe à la salle des fêtes de Pont-en-Royans (38680).
Pour garer vos voitures, un petit parking est situé près de la salle des fêtes et un grand parking (environ 200 places) se trouve à la sortie sud de Pont en Royans près des berges de la bourne (15 mn à pied de la salle). Ces parkings seront fléchés.
Pour garer vos camping-cars et camions de tous genres, vous avez accès à l'aire de stationnement du camping municipal à l'entrée du village sur les bords de la Bourne (pas d'accès aux sanitaires ni à l'electricité).

Par la Route
Pont-en-Royans est un petit village au pied du Vercors à l'entrée des Gorges de la Bourne et se situe à 45 km de Valence, 59 km de Die, 62 km de Grenoble et seulement à 1 138 km de Plougonvelin (si, si !). Selon votre provenance, il est possible que vous rencontriez des routes étroites et cols de montagne, soyez prudent !

Par le train
Les gares les plus proches sont celles de Saint Hilaire du Rosier (38840) et de Saint-Marcellin (38160). Renseignez-vous sur les correspondances avec les gares de Valence TGV et de Grenoble.

A pied ?
Chaussez plutôt vos skis en cette période ! Sachez que si vous souhaitez poursuivre votre séjour en montagne, Pont-en-Royans est tout proche de quelques stations de ski.

Pour covoiturer


Pont en Royans - Photo de Joël Gaillard

Le 6 août 1837
« Nous avons passé l’Isère à la Sône, sur un pont suspendu nouvellement établi : le bac rapportait cent louis ; le pont donne sept mille francs. Après avoir traversé la jolie forêt de Claix,nous sommes arrivés à une grande descente, et au bas du coteau nous avons aperçu Pont-en-Royans. Ce village est placé là au bout du monde, tout à fait contre un rocher à pic. Les maisons sont blanches, fort petites et couvertes d'un toit fait avec des pierres blanches. Tout cela se détache sur un rocher gris foncé tirant sur le rouge. Rien de plus singulier.

La Bourne, rivière célèbre dans le pays par la transparence et la beauté de ses eaux, traverse le village en grondant, forme plusieurs cascades, et court vers l'Isère. On y pêche d'excellentes truites ; les meilleures sont tachetées de points rouges, et pèsent moins d'une livre. La Bourne a bien trente-cinq mètres de large ; il faut monter sur le pont, qui est en plein cintre et fort élevé, pour jouir de l'ensemble.

Le long de chaque maison on aperçoit certains petits tuyaux qui descendent jusque dans la rivière, et, ce qui est plus singulier, on voit tout à côté, sur les fenêtres, de nombreux petits seaux en bois, suspendus chacun à une chaînette de fer passant sur une poulie, et à chaque instant, avec ces petits seaux, les habitants, sans avoir de mauvaises pensées, puisent dans la rivière l'eau dont ils ont besoin.
M. Buisson m'a fait manger d'excellentes truites ; mais à ce repas je n'ai bu que du vin. »
Stendhal - « Mémoires d'un touriste » - Edition 1891